Mémoire Militaire Alpine

Recherches sur le fait militaire en Savoie (1870 - 1962)

Des croix-épées en hommage aux soldats russes dans les cimetières savoyards

Une croix-épée russe dans le cimetière d'Esserts-Salève-Monnetier-Mornex
Une croix-épée russe dans le cimetière d'Esserts-Salève-Monnetier-Mornex

Dans le canton de Reignier, à l’écart de certains monuments aux morts, il est possible d’apercevoir une croix en fonte d’un mètre de haut et de 48 centimètres de large fixée sur un socle de granite.

Dans les années vingt, à la suite de l’hécatombe de la Grande Guerre, il était devenu nécessaire, dans les cimetières militaires, de normaliser la symbolique guerrière et religieuse implantée au-dessus des nombreuses tombes de soldats morts durant le conflit. On donna alors à cette représentation le nom de « croix-épée ». Fabriquée en fonte, en forme d’épée, de couleur bleu horizon à l’origine, étaient gravées une représentation de la médaille de la croix de guerre et d’une palme. En son centre, sur un cartouche figurait le nom, le prénom, le régiment, la date du décès du « Poilu » enterré avec la mention de Mort pour la France. Avec l’usure des ans, ces Croix-épées ont fait leur temps. Lors des diverses restructurations des carrés militaires, il a fallu changer la symbolique au-dessus des tombes. C’est le Souvenir Français [1] qui s’est chargé de normaliser et de l’entretien des tombes et des monuments élevés à la mémoire des soldats morts pour la patrie. À la fin du XXe siècle, le carré militaire franco-russe du cimetière de la ville de La Seyne-sur-Mer (département du Var), comptait encore soixante-douze sépultures de soldats russes ou d’origine russe tombés lors de la Première Guerre mondiale. Ces hommes appartenaient à des régiments constitués russes ; ils sont tombés sur la terre de France et dans les Balkans en 1916-1917 pour la cause alliée, ou décédèrent des suites de leurs blessures à l’hôpital de La Seyne-sur-Mer. Mais en 1999, la réfection du carré militaire franco-russe de cette ville a remplacé et dispersé les croix d'originelles. Un bon nombre de croix-épées avait disparu ou étaient en voie de disparition. C'est alors que Jean-Paul Grillet, président du comité cantonal de Reignier du Souvenir Français, a eu l’idée de récupérer onze de ces croix encore en bon état, et de les proposer aux bons soins des municipalités du canton de Reignier. En janvier 2012, il a remis, aux mairies concernées, les croix-épées et les plaques nominatives retirées de leur support sur lesquelles sont gravés les noms des soldats russes « adoptés » par nos communes.

État-civil des onze soldats Russes et communes d’attribution des plaques nominatives et croix épées [2].

État-civil en caractères latins
et cyrilliques des  soldats russes

Date et Lieu de naissance

Communes d’attribution des plaques nominatives et la croix épée
(Canton de Reignier)

01

AGACHKOFF Vassili Sémionovitch

АГАШКОВ Василий Семёнович

Né le 28.02.1882

à Tambofki

Arbusigny

02

DVOÏNICHNIKOFF Ivan Sémionovitch

ДВОЙНИШНИКОВ Иван Семёнович

Né le 21.05.1890

à Iendenky

Arthaz

Pont Notre Dame

03

GONTARENKO Joseph Philippovitch

ГОНТАРЕНКО Иосиф Филиппович

Né le 18.11.1899

à Vessoly

Esery

Reignier

04

GRICHINN Alexis Ivanovitch

ГРИШИН Алексей Иванович

Né en 1886

à Rabinky

Esserts Salève

Monnetier Mornex

05

KALININE Michel Grégoriévitch

КАЛИНИН Михаил  Григориевич

Né en 1888

à Parchimovo

Fillinges

 

06

KALOUGUIN Ilia Vassiliévitch

КАЛУГИН Илья Василиевич

Né le 03.08.1896

à Skobolevskoië

Monnetier

Monnetier-Mornex

Esserts Salève

07

NIKONIENKO Daniel Ivanovitch

НИКОНЕНКО Даниель Иванович

Né en 188?

à Lyoubanska

La Muraz

08

NOVOSELOFF Alexis Ivanovitch

НОВОСЁЛОВ Алексей Иванович

Né le 17.10.1899

à Tchouvochevo

Nangy

09

SAVKOVSKY Nikita Stèphanovitch

САВКОСКИЙ Никита Степанович

Né le 28.05.1897

à Rojgy

Pers-Jussy

10

SAVTCHENKO Alexis Philippovitch

САВЧЕНКО Алексей Филиппович

Né le 30.03.1874

à Eremeievka

Reignier

11

TCHEGADAÏEFF Pierre Piotr Triphonovitch

ЧЕГАДАИЕВ Пётр Трифонович

Né en 1894

à Ivantzeb

Scientrier

 

L’origine de la présence de militaires russes en France

À la fin du XIXe siècle, la France, pour rompre l’isolement diplomatique dans lequel l’Empire allemand la maintient depuis 1870, se rapproche de la Russie impériale. L’été 1891 est marqué par des contacts cordiaux entre les deux pays. Des accords militaires officieux sont signés le 27 août 1891 entre la France et la Russie qui se concrétisent officiellement le 27 décembre 1893 par un traité d’alliance. Dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale et conformément aux traités de 1891-1893, le Tsar se dit favorable à l’envoi en France d’un Corps expéditionnaire de quatre corps d’armée.

L’offensive russe du 17 août 1914 en Prusse Orientale ne permet pas un tel effort sur le front occidental [3]. Par manque d’armements modernes et de munitions, les troupes de Nicolas II reculent et subissent des pertes importantes. À la suite de la conférence interalliée de Chantilly (décembre 1915), les alliés franco-britanniques décident de fournir à l’armée russe le matériel militaire qui lui fait défaut. La projection des troupes russes sur le front occidental est revue à la baisse. Le Tsar propose l’envoi d’un Corps expéditionnaire composé de sept brigades d’infanterie. En réalité, les Occidentaux ne recevront que quatre brigades spéciales d’infanterie. Après un long voyage maritime longeant l’Asie et l’Afrique, elles sont débarquées en France afin d’être armées et instruites aux méthodes de combat du front occidental. Les soldats ne conservent que leur uniforme russe : leur équipement, armement et coiffure (casque Adrian avec une plaque aux armes russes) sont de type français pour simplifier l’approvisionnement. Les 1ère et 3e brigades partent en Champagne tandis que les 2e et 4e brigades rejoignent le front d’Orient [4] appelé encore « Front de Macédoine » ou « Expédition de Salonique ».

Composition théorique d’une Brigade d’Infanterie russe (1915/1917)

- Brigade Spéciale -

Chiffres indiqués par MM. Gérard Gorokhoff et Andreï Korliakov dans leur ouvrage intitulé « Le Corps Expéditionnaire Russe en France et à Salonique 1916-1918 » Edition YMCA - Press - Paris 2003.

Une Brigade comprend deux Régiments

Un Régiment comprend trois Bataillons + un État-major

Un Bataillon comprend quatre compagnies, une Compagnie de mitrailleuse, un détachement de liaison et un détachement Hors rang.

Nota : Un Bataillon de marche comprend 6 Compagnies et l’État-Major de la Brigade

Effectifs variables dans les :

- Brigades 8 800 hommes à 9 500 hommes dont 180 à 220 officiers.

- Régiment + ou – 3 500 hommes.

- Bataillon de marche de 1 500 à 1 650 soldats dont 25 à 30 officiers.

- Éléments du dépôt 1 684 hommes.

Estimations :

On estime qu’environ 45 000 soldats Russes, dont 750 officiers, ont combattus en France et en Macédoine.

Durant la première guerre mondiale la Russie a perdu 6.000.000 d’hommes soit 46,4% de l’ensemble des pertes Alliées.

Initialement, la 3e brigade était prévue pour le front de Salonique. Après quelques incidents et le meurtre du lieutenant-colonel Krause [5], commandant un détachement de cette brigade, l’état-major juge plus prudent que cette unité reste en France et soit envoyée sur le front de Champagne à la place de la 4e brigade. En Macédoine, dans des conditions climatiques très difficiles, les 2e et 4e brigades spéciales russes participent à la prise de l’ancienne ville Serbe de Monastir [6] le 19 novembre 1916 au côté des troupes françaises.

À quelles unités appartenaient ces onze militaires russes « adoptés » par le canton de Reignier ? L’origine de leur décès ?

Si l’on se reporte au tableau ci-dessous annexé, on constate que sur ces onze soldats russes « Mort pour la France », huit appartenaient à la 2è Brigade Spéciale, deux à la 4è Brigade Spéciale et un au 1er Bataillon de Marche. Ils ont tous transité par les ports français de Brest, La Palice ou Marseille avant de rejoindre le front « oublié » de Macédoine. Sous le commandement du général français Maurice Sarrail, devant l’urgence de la situation, les unités de la 2è brigade, arrivées les premières à Salonique (ou Thessalonique), sont engagées dès le mois de septembre 1916, dans les pires conditions (peu d’entraînement, peu de matériel, météo et terrain défavorables). Malgré tous ces handicaps, les bataillons Russes se battent vaillamment, dans des conditions climatiques difficiles, contre les armées bulgares, turques, allemandes et austro-hongroises. A la veille de la première guerre mondiale, la Russie impériale, pays le plus peuplé d’Europe occidentale, comptait environ 159 millions d’habitants (recensement de 1913). Son organisation territoriale était composée de 81 Goubernias et de 20 Oblasts.

Nota :

Le terme Goubernias correspond à une subdivision territoriale dirigée par un gouverneur et peut se traduire par Gouvernement.

Le terme Oblast désigne une entité administrative dirigée par un commandant et peut se traduire par Région. 

La localisation des lieux de naissance de ces soldats permet de constater que, dans leur immense majorité, ils sont natifs de régions situées dans la partie dite « occidentale » de la Russie, c’est-à-dire de l’Oural aux frontières de l’Europe centrale.

Nom et Prénom du soldat russe

Unité militaire d’appartenance

Date entrée hôpital

Date décès

Age lors du décès

Causes du décès

01

Agachkoff

Vassili

2Brigade, 4eRgt, 8e Compagnie

13.09.1917

30.09.1917

35 ans

Cancer de l’estomac – Néoplasme de l’estomac

02

Dvoïnichnikoff Ivan

4e Brigade, 7Rgt, 7e Compagnie

11.11.1917

19.11.1917

27 ans

Tuberculose

03

Gontarenko

Joseph

2Brigade, 4eRgt, Compagnie de Mitrailleuses

18.03.1917

20.03.1917

28 ans

Pleurésie exsudative

04

Grichinn

Alexéie

4e Brigade, 7e Rgt, 3e Compagnie

26.12.1916

29.12.1916

30 ans

Embolie Pulmonaire

05

Kalinine

Michel

2Brigade, 4Rgt, 3e Compagnie

26.12.1916

12.01.1917

29 ans

Pneumonie par laryngite

06

Kalouguin

Ilia

Attaché à la 2eBrigade, Infirmier Croix-Rouge russe

24.02.1917

24.06.1917

21 ans

Tuberculose

07

Nikonienko

Daniel

2Brigade, 4Régt, Compagnie inconnue

02.11.1916

17.02.1917

32 ans

Blessure ouverte de l’articulation sacro- iliaque gauche et de la tête du fémur gauche

08

Novoseloff

Alexis

2Brigade, 3Rgt, 2e Compagnie

26.12.1916

23.02.1917

18 ans

Pleurésie – Pneumonie

09

Savkovsky

Nikita

2Brigade, 4Rgt, 8e Compagnie

20.02.1917

28.02.1917

20 ans

Péritonite - Paludisme

10

Savtchenko

Alexis

 Infirmier attaché au

1er Bataillon de marche

24.02.1917

25.02.1917

43 ans

Tuberculose - Paludisme

11

Tchegadaïeff

Piötr

2Brigade, 3Rgt, 2e  Compagnie

10.06.1917

01.08.1917

23 ans

Entérite et Cachexie produites par le paludisme

 Ces renseignements sont extraits des Archives Médicales Hospitalières des Armées.

Pourquoi ces militaires russes ont-ils été inhumés à La Seyne-sur- Mer ?

À la fin du XIXsiècle, une convention a été passée entre la Marine Impériale russe et les chantiers navals de La Seyne-sur-Mer pour la construction du cuirassé « Tsarevitch » [7]. Le Tsar Alexandre III (1845/1894) puis Nicolas II (1868/1918) permettent à des ouvriers russes de venir travailler aux alentours de Toulon/La Seyne afin de participer à la construction des navires destinés à la flotte Impériale. S’il est vrai que de nombreux russes, à la fin de cette époque, sont venus s’installer sur la côte d’Azur, il paraît improbable que « nos » onze soldats aient pu être incorporés sur place. En 1914, les français d’origine russe, en âge d’être appelés sous les drapeaux, sont obligatoirement incorporés dans des unités militaires françaises. De plus, les archives consultées indiquent que ces onze soldats sont partis de Russie, pays dans lequel ils ont été incorporés.

Le 3 août 1914, le Service de Santé des Armées, ouvre, sur l’ensemble du territoire des hôpitaux pour accueillir les futurs soldats blessés ou malades. Le 6 août 1914, les bâtiments du Collège des Maristes ou Institution Sainte Marie, rue Germain Loro à La Seyne-sur-Mer sont réquisitionnés pour abriter le futur l’Hôpital Complémentaire n° 4 de la XVe région, ex Hôpital Temporaire [8] de La Seyne. Dès le printemps 1915, une grande partie du corps médical russe est arrivé en France avec un matériel médical important et moderne. Il est décidé que la majorité des militaires russes du front d’Orient seront soignés à La Seyne-sur Mer : L’Hôpital Complémentaire n°4 formation médicale essentiellement russe compte alors, 4 médecins aide-majors, un médecin auxiliaire, 13 infirmières russes auxquels s’ajoutent 19 médecins, 4 pharmaciens et 6 militaires de l’administration française. Au mois d’août 1917 sur 787 soldats russes hospitalisés dans le sud de la France 336 l’étaient à La Seyne sur Mer.

Les archives médicales consultées permettent d’établir les causes des décès de « nos » onze soldats Russes. (Voir Tableau ci-dessus). Nous constatons que sur les 11 militaires hospitalisés à La Seyne, 10 sont décédés de maladie (Paludisme, Pleurésie, Pneumonie, Tuberculose et autres…) et un seul est mort des suites de ses blessures de guerre. Cette disproportion entre maladies et blessures de guerre s’explique par les conditions climatiques et sanitaires très mauvaises que rencontrèrent les soldats sur le front d’Orient. « …aussi d’août 1916 à mars 1917, le décompte des évacués indique 5 719 malades contre 1 930 blessés…» [9]. Durant les offensives de septembre à novembre 1916 (Flórina et Monastir) les troupes alliées, et en particulier russes, opèrent dans des régions montagneuses et dans des plaines marécageuses infestées de moustiques. Les difficiles conditions climatiques s’accompagnent d’une malnutrition due à une intendance déficiente. L’hiver 1916/1917, particulièrement rigoureux dans cette région aux confins de la Grèce, accentue les épidémies de tuberculose et autres maladies. Les évacuations des malades et blessés en direction de Salonique puis du sud de la France sont longues et quelquefois périlleuses (sous-marins ennemis).


[1] Association créée en 1887 par le professeur alsacien Xavier Niessen, elle fut reconnue d’utilité publique en 1906- Actuellement, parmi ses missions, elle est chargée de l’entretien des tombes et des monuments élevés à la mémoire des Morts pour la France.

[2] Sources : Jean Paul Grillet et Archives de la Mairie de La Seyne sur Mer (Var.)

[3] La bataille de Tannenberg (Prusse Orientale) du 23 au 29 août 1914, commence par une victoire russe pour s’achever par une cuisante défaite de la 2ème Armée du Tsar. Cette offensive permet aux troupes franco anglaises de contrer l’offensive allemande sur la Marne (06 au 13 septembre 1914), les empires centraux luttant sur deux fronts (est et ouest)

[4] Front d’Orient – Suite à l’occupation de la Serbie et de l’Albanie par les forces germano-austro-hongroises ; les troupes franco-anglaises débarquent le 05.10.1915 à Salonique afin de reconquérir la Serbie, l’Albanie et la Bulgarie alliée des puissances centrales.

[5] Le 15 août 1916, vers 21h 00, dans l’ancien camp d’Aygaladas, près de Marseille, le lieutenant-colonel Krause est retrouvé mort assassiné.  Il aurait été lynché par ses propres hommes. Fin août 1916, sept soldats russes « responsables de cet acte » auraient, pour ce motif, été passés par les armes dans le camp de Mailly. Lire à ce sujet : « Histoire des soldats russes en France 1915/1920 » de Rémi Adam et le journal suisse La Sentinelle du 11.10.1916

[6] Monastir ou Manastir actuellement Bitola au sud-ouest de la République de Macédoine (1991) située dans la plaine de Pélagonien, entourée de sommets montagneux.

[7] Ce cuirassé russe participera à la guerre russo-japonaise (1904/1905) et à la première guerre mondiale.

[8] Hôpital temporaire – Terminologie qui caractérise les hôpitaux constitués exceptionnellement lors des guerres et qui sera, dès 1914, remplacée par l’appellation Hôpital Complémentaire.

[9] Gérard Gorokhoff et Andreï Korliakov. Le corps expéditionnaire russe en France et à Salonique 1916-1918, YMCA-PRESS, Paris, 2003, p. 21.

Par Yves Domange, août 2021

Adhérer  Nous contacter

Suivez-nous sur Facebook

Abonnez-vous à notre newsletter